Griffondore contre Serdaigle

Exceptionnellement le troisième match de la saison de quidditch qui opposera Griffondore à Serdaigle se déroulera à la Médiathèque d’Orléans.

Dès leur arrivée à l’accueil de la Médiathèque, les élèves montent par un grand escalier en colimaçon à l’étage multimédia où ils prennent place dans les tribunes qui leurs ont été attribuées. En attendant le début du match des vendeurs de bonbons arrivent par les ascenseurs et distribuent leurs confiseries. Environ dix minutes plus tard, le match commence. Les capitaines se serrent la main.

«  Enfourchez vos balais, crie Madame Bibine, l’arbitre du match. »

Harry décolle et son balai file plus haut et plus vite que tous les autres balais. Il fait le tour du bâtiment et commence à chercher le vif d’or du côté de la Cafétéria, tout en écoutant les commentaires assurés par Lee Jordan.

Ca y est, c’est parti. L’équipe de Griffondore est à l’attaque, Katie Bell se rapproche des buts adversaires, tire et marque !!! 10 à 0 en faveur de Griffondore… Superbe dégagement de la part du gardien de Serdaigle, la balle arrive droit dans les mains de Roger Dewis, le capitaine de Serdaigle, qui remonte à travers la cage d’escalier orange, mais il se fait prendre le souffle par Alicia Spinet qui redescend par l’ascenseur. Le doute se crée chez Serdaigle, car ils ne savent pas où elle va s’arrêter…

Alicia sort de l’ascenseur à une vitesse phénoménale, se prend un cognard de plain fouet et lâche le souffle aussitôt récupéré par Cho Chang. Une demi-heure plus tard le score est de 140 à 110 en faveur de Serdaigle. Pour Harry il est obligatoire de récupérer le vif d’or, ce qu’il s’empresse de faire peu de temps après. Il est dans le coin d’un ascenseur du 2ème étage, plus bas à l’étage jeunesse. Harry plonge en piqué, Cho remarque aussitôt son changement de trajectoire, fonce vers lui. Harry accélère à fond et essaie de rentrer dans l’ascenseur mais ses portes métalliques se referment devant lui. Il remonte en chandelle. Il a de nouveau perdu des yeux le vif d’or. Quelques minutes plus tard, il l’aperçoit, à ras du sol, brillant, au beau milieu des carreaux blancs âcres qui reflétaient une immense lumière dans tout le bâtiment. Il le voit se diriger vers l’escalier, d’un blanc pâle, qui mène au sous-sol. Harry le suit. Ce niveau est noyé dans l’obscurité, on ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Puis, il découvre une salle où sont entreposés un demi millier de manuscrits anciens. Harry regarde par dessus son épaule et voit Cho Chang, l’attrapeuse de Serdaigle qui se trouve dans la salle des manuscrits. Après avoir fait le tour de quelques rayons, il aperçoit enfin un reflet doré entre deux étagères coulissantes noires et fonce droit dessus. Mais avant d’atteindre les étagères, un cognard fond sur lui et frappe violemment son bras. Pendant un court instant, il croit être tombé sur le carrelage blanc. Après avoir repris conscience de n’être jamais tombé, il jette un coup d’œil par-dessus son épaule et voit le batteur de Serdaigle qui tourne le dos au vif d’or ; il est trop tard, la minuscule boule a emprunté les conduits d’aération. Harry sort à la hâte et voit tout en haut de l’escalier qu’il a pris quelques minutes plus tôt un plan de l’établissement accroché à un mur gris. Il l’observe attentivement et découvre que la seule sortie possible pour le vif d’or est au quatrième étage. Arrivé à l’accueil au rez-de-chaussée, il jette un bref coup d’œil au panneau d’affichage, le score est de 220 à 160 toujours en faveur de Serdaigle. Puis, il reprend sa course, remonte en chandelle et voit l’escalier en colimaçon d’où une lumière intense jaillit. Au quatrième étage, il percute de plein fouet le vif d’or qui file droit dans la salle multimédia. Harry se lance à sa poursuite et le trouve quelques minutes plus tard dans un cul-de-sac. Au beau milieu d’une centaine d’ordinateurs, le vif d’or repose enfin dans sa main.

Yassine El Bouchekri et David Boudjema